masure


masure

masure [ mazyr ] n. f.
XVe; « demeure » fin XIIe; lat. pop. °mansura
Petite habitation misérable, maison vétuste et délabrée. baraque, cabane.

masure nom féminin (bas latin mansura, demeurer, du latin classique manere) Maison misérable ou délabrée. Maison rurale traditionnelle du pays de Caux, composée de plusieurs bâtiments d'habitation et d'exploitation dispersés dans un prés clos de haies et planté de pommiers.

masure
n. f. Maison misérable, tombant en ruine.

⇒MASURE, subst. fém.
A. — Édifice, maison en ruines; habitation misérable, délabrée. Masure branlante, décrépite, écroulée, lézardée. Tout à l'extrémité du bourg, Gilbert entra dans une très pauvre habitation, une masure écrasée sous un toit de chaume qui lui-même, d'un chevron à l'autre, s'affaissait et formait gouttière (R. BAZIN, Blé, 1907, p.188). Nous avons marché enlacés dans des rues bordées de masures délabrées devant lesquelles stationnaient des autos de luxe (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p.323):
1. De nombreuses troupes de corbeaux volent et se posent autour d'un village composé de masures en terre couvertes de paillassons; c'est là que vivent des Arabes Ababdehs avec leurs beaux dromadaires blanchâtres et agiles.
DU CAMP, Nil, 1854, p.278.
Par antiphrase. Sans doute ne me connaissez-vous pas; c'est que je vis presque toujours en Sologne, dans ma petite masure (c'était un splendide château historique) (MONTHERL., Célibataires, 1934, p.869).
P. métaph. Malheur à qui passe indifférent auprès de ces masures vénérables [les religions], à l'ombre desquelles l'humanité s'est si longuement abritée (...)! (RENAN, Avenir sc., 1890, p.272). Les dilettantes dépravés, les fétides amoralistes, ont accompli leur tâche de termites: il fallait démolir la masure branlante, avant de réédifier (ROLLAND, J.-Chr., Nouv. journée, 1912, p.1472).
B.Région. (Pays de Caux)
1. Habitation rurale; ensemble de bâtiments d'une exploitation agricole. Les préoccupations d'arboriculture et d'élevage se font sentir dans la ferme-masure caractéristique du pays de Caux. Elle se distribue en bâtiments séparés, mais tous compris dans l'enceinte rectangulaire (VIDAL DE LA BL., Princ. géogr. hum., 1921, p.180).
2. Herbage clos planté de pommiers ou d'autres arbres fruitiers entourant les bâtiments de la ferme. Le régisseur aida Bouvard et Pécuchet à franchir un échalier, et ils traversèrent deux masures, où des vaches ruminaient sous les pommiers (FLAUB., Bouvard, t.1, 1880, p.27):
2. Jusqu'à nos jours, c'est dans ces gains successifs que tient toute l'histoire du pays de Caux. Ainsi se sont multipliées les fermes entourées de leurs vergers ou masures [it. ds le texte], d'où le fermier surveille son bétail, et que flanquent des fossés, ou levées de terres garnies de hêtres.
VIDAL DE LA BL., Tabl. géogr., 1908, p.175.
Prononc. et Orth.:[], [ma-]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) 1180-90 «demeure» (ALEXANDRE DE PARIS, Alexandre, III, 6939 in Elliott Monographs, 37, p.300); b) 1213 «maison et terres qui en dépendent dans le système féodal» (Fet des Romains, éd. L. F. Flutre et D. Sneyders de Vogel, 59, 2) seulement au Moy. Âge (v. GDF. et T.-L.); 2. a) fin XIVe s. au plur. «baraquements qui servent de logement provisoire à une armée» (FROISSART, Chroniques, éd. L. Mirot, t.12, p.31); b) 1454 «ce qui reste d'un bâtiment tombé en ruines» (LABANDE, Hist. Beauv., 351 ds FEW t.6, 1, p.260-261); c) 1611 «une vieille maison (ou un mur) qui menace ruine; les ruines d'un bâtiment» (COTGR.). Du lat. pop. ma(n) «demeure» (de , mansum «rester, demeurer dans ses foyers», v. aussi maison, manoir, mas), lat. tardif mansura «tenure domaniale, manse» (1re moitié VIIIe s.) «demeure, maison» (950) v. NIERM.; LATHAM; DU CANGE. Fréq. abs. littér.:536. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 617, b) 1 682; XXe s.: a) 749, b) 399.

masure [mɑzyʀ] n. f.
ÉTYM. XVe; « demeure », fin XIIe; du lat. pop. mansura.
Petite habitation misérable, maison vétuste et délabrée. Baraque, cabane. || Vieilles masures à demi-ruinées (→ Ébouler, cit. 4).Régional (Normandie). Habitation, maison rurale.
1 La masure qui me sert d'abri à la chasse quand les rayons trop ardents du soleil dardent à-plomb sur mon individu, n'est assurément pas un monument utile, sa nécessité n'est que de circonstance (…)
Sade, Justine…, t. I, p. 116.
2 (…) une maison, si toutefois ce nom convient à l'une de ces masures bâties dans les faubourgs de Paris, et qui ne sont comparables à rien, pas même aux plus chétives habitations de la campagne, dont elles ont la misère sans en avoir la poésie.
Balzac, le Colonel Chabert, Pl., t. II, p. 1111.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Masure — मसुरे Masura मसुरा   village   …   Wikipedia

  • masure — MASURE. s. f. Ce qui reste d une maison demolie, bruslée ou tombée en ruine. Les hiboux, les oiseaux de nuit se retirent dans les vieilles masures. c estoit autrefois une fort belle maison, mais ce n est plus qu une masure, il n y a plus que des… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Masure — Masure, Mazure Nom fréquent dans le nord de la France et en Belgique. C est l équivalent picard ou wallon du manse médiéval (en occitan mas), autrement dit une demeure et les terres qui en dépendent …   Noms de famille

  • masure — (ma zu r ) s. f. 1°   Ce qui reste d un bâtiment tombé en ruines. •   Tant de grands bâtiments en masures changés, MALH. II, 12. •   Ces masures et ce terrain inculte étaient habités, il y a environ vingt ans, par deux familles, BERNARD. DE ST… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Masure — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sur les autres projets Wikimedia : « Masure », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) Masure est un nom de famille notamment porté… …   Wikipédia en Français

  • MASURE — s. f. Ce qui reste d un bâtiment tombé en ruine. Les hiboux, les oiseaux de nuit se retirent dans les vieilles masures. C était autrefois une fort belle maison, mais ce n est plus qu une masure. Il n y a plus que des masures.   Il se dit,… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • MASURE — n. f. Habitation misérable et qui tombe en ruines, Il habite une masure. Les hiboux, les oiseaux de nuit se retirent dans les vieilles masures …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • masure — Une Masure, Parietina …   Thresor de la langue françoyse

  • masure — nf., maison // construction // bâtiment masure en ruines : MAJURA (Albanais), bwêra (Morzine) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • masure — masulium, masure obs. ff. mausoleum, mazer …   Useful english dictionary